Points de contact cantonaux

A l’initiative de la CDAS, les cantons ont mis sur pied en 2013 des points de contact chargés de prodiguer aux victimes et aux autres personnes concernées des conseils et, le plus souvent avec le concours des archives cantonales, une aide à la reconstitution de leur propre histoire. Ces points de contact avaient pour mission de recueillir la parole des personnes désireuses de partager leurs expériences traumatiques, de les conseiller et de les soutenir, ainsi que leurs proches, dans l’établissement d’un bilan de leur situation personnelle et dans leurs démarches administratives. Au besoin, ils les adressaient également à d’autres spécialistes ou institutions.

Etant donné que les points de contact cantonaux ont démontré leur efficacité et qu’ils sont appréciés de tous les intéressés, la loi LMCFA a décidé qu’ils poursuivent leur travail en faveur des personnes concernées et de leurs proches, mais que celui-ci soit fondé sur une base légale. Les personnes concernées et leurs proches peuvent en principe s’adresser au point de contact de leur choix (habituellement au point de contact du canton de résidence).

Les points de contact ont aujourd’hui le rôle suivant :

  • Conseil et soutien des personnes concernées
  • Assistance aux personnes concernées lors des procédures administratives (préparation et dépôt du formulaire de contribution).
  • Soutien pour la consultation et les recherches de documents en collaboration avec les archives

vers le haut Dernière modification 04.07.2017