Convention de la Haye sur les titres

Mots-clés: Valeurs patrimoniales

De quoi s’agit-il ?

La ratification Convention de la Haye sur les titres contribue à faire de la Suisse une place financière moderne et sûre. Cette convention à l’élaboration de laquelle la Suisse a participé, est le projet le plus important d’unification du droit international privé concernant les titres détenus auprès d’intermédiaires. Elle contient des normes permettant de déterminer la loi applicable lors de transactions internationales portant sur des titres (papiers-valeurs et droits-valeurs). Ces règles dites de conflit de lois revêtent une importance éminente parce que les transactions internationales portant sur les titres représentent une part considérable de l’ensemble des transactions dans ce domaine et souffrent d’une insécurité juridique caractérisée. La convention de La Haye sur les titres apporte plus de clarté. Elle autorise les parties à faire, dans certaines limites une élection de droit et assure une application uniforme du droit.

Les étapes préalables ?

  • Le 9 décembre 2005, le Conseil fédéral décide de signer la convention de la Haye sur les titres. Le DFJP et le DFF sont en train d’élaborer un message relatif à la ratification de cette convention ainsi qu’au projet de loi sur les titres dits "intermédiés" qui permettra d’actualiser le droit régissant les papiers-valeurs (communiqué aux médias).
  • Le 5 juillet 2006, la Suisse et les Etats-Unis signent ensemble la Convention sur les titres à la Haye.
  • Le 15 novembre 2006, le Conseil fédéral adopte le message relatif à la loi fédérale sur les titres intermédiés et à la Convention de La Haye sur les titres intermédiés (communiqué aux medias).
     
  • Le Conseil fédéral fixe l’entrée en vigueur de la loi fédérale sur les titres intermédiés et les modifications de la loi fédérale sur le droit international privé au 1er janvier 2010. Concerné par cette révision, l'art. 470, al. 2bis du code des obligations entrera, pour sa part, déjà en vigueur le 1er octobre 2009 (communiqué aux médias).

Documentation

vers le haut Dernière modification 06.05.2009

Contact

Thomas Mayer Office fédéral de la justice
T
+41 58 463 06 68
Contact