Réhabilitation

Mots-clés: Réhabilitation

De quoi s'agit-il ?

Les jugements pénaux prononcés contre des personnes ayant aidé des victimes du régime nazi à fuir sont ressentis aujourd'hui comme une violation grave de la justice. Aussi ces jugements sont-ils annulés par la loi et les personnes concernées sont-elles réhabilitées. La Commission des grâces de l'Assemblée fédérale, fonctionnant ici comme une commission de réhabilitation, constate, sur demande ou d'office, que l'acte général d'annulation s'applique à un jugement pénal donné. L'annulation d'une condamnation n'ouvre toutefois aucun droit à des dommages-intérêts ou à une indemnité pour tort moral.

Les étapes préalables

  • Le 22 décembre 1999, le Conseiller national Paul Rechsteiner dépose l'initiative parlementaire "Réhabilitation des personnes ayant sauvé des réfugiés ou lutté contre le nazisme et le fascisme".
  • Le 31 octobre 2000, la Commission des affaires juridiques propose de donner suite à l'initiative. Le 14 décembre 2000, le Conseil national donne suite à l'initiative. Le 29 octobre 2002, Commission des affaires juridiques présente un projet de loi.
  • Dans son avis du 9 décembre 2002, le Conseil fédéral salue l'annulation des jugements pénaux prononcés contre des personnes ayant aidé des victimes du régime nazi (communiqué aux médias).
     
  • Délibérations parlementaires (99.464)
     
  • Le Conseil fédéral fixe au 1er janvier 2004 l'entrée en vigueur de la loi fédérale sur l'annulation des jugements pénaux prononcés contre des personnes qui, à l'époque du nazisme, ont aidé des victimes des persécutions (communiqué aux médias).

Documentation

vers le haut Dernière modification 27.12.2004

Contact

Reto Brand Office fédéral de la justice
T
+41 58 462 87 01
Contact