Violence des jeunes: de nombreuses mesures engagées

Berne. Depuis plusieurs années, la Confédération et les cantons déploient des efforts considérables pour endiguer la violence des jeunes. Avec le rapport présentant un train de mesures envoyé en consultation en juin dernier, le DFJP a en outre effectué un premier pas en vue de garantir une démarche ciblée et coordonnée. Le reproche émis à diverses reprises par le PDC selon lequel le DFJP est inactif dans la lutte contre l’augmentation de la violence des jeunes est donc sans fondement aucun.

Depuis la fin des années 90, le problème de la violence des jeunes a été attaqué sur plusieurs plans. Afin d’améliorer la coordination des efforts en cours, le Département fédéral de justice et police (DFJP) a envoyé en consultation, le 29 juin 2007, un projet de rapport sur la violence des jeunes qui présente une analyse du problème. En outre, diverses mesures concrètes ont été proposées dans les domaines de la po-lice, de la poursuite pénale, de l’exécution des peines et des migrations. Si les mesu-res proposées sont principalement répressives, c’est en raison des compétences du DFJP en matière d’intégration et de sécurité. La responsabilité de la mise en œuvre de ces mesures ressortit à l’Office fédéral de la justice, à l’Office fédéral des migrations et à l’Office fédéral de la police.

La nouvelle loi sur les étrangers, dont l’entrée en vigueur est prévue au 1er janvier 2008, contient aussi des éléments allant dans le sens d’une prévention de la violence par une meilleure intégration. En fixant par exemple un âge limite plus bas pour le regroupement familial, on s’assure que les jeunes concernés puissent encore bénéficier de quelques années de formation en Suisse, ce qui améliore leurs chances d’accéder à une activité lucrative. A la fin août 2007, le Conseil fédéral a par ailleurs adopté plus de 40 mesures d’intégration élaborées par plusieurs offices et départements compétents, sous la conduite de l’Office fédéral des migrations.

S’agissant de l’exigence d’une augmentation des effectifs de police, il faut rappeler le principe de la souveraineté cantonale en la matière.

Il est donc inexact de déclarer, comme le fait le PDC, que le chef du DFJP, le conseiller fédéral Christoph Blocher, n’a engagé aucune mesure effective contre la violence des jeunes. Quoi qu’il en soit, il est évident que la violence des jeunes ne pourra être combattue efficacement que par une combinaison de mesures préventives et répressives et que les autorités compétentes et les particuliers devront collaborer dans un esprit de partenariat en vue de leur mise en œuvre. A cet effet, la première étape consiste à parler ouvertement du problème de la violence des jeunes. Dans ce sens, le DFJP se réjouit de voir que les partis reconnaissent que l’augmentation de la violence des jeunes est un problème qui doit être pris au sérieux.

Dernière modification 09.10.2007

Début de la page

Contact

Service de communication du DFJP
Palais fédéral ouest
CH-3003 Berne
T +41 58 462 18 18
F +41 58 462 40 82
info@gs-ejpd.admin.ch

Imprimer contact

https://www.bj.admin.ch/content/ejpd/fr/home/aktuell/news/2007/2007-10-09.html