Échange sur des questions actuelles concernant l’asile

Communiqués, DFJP, 23.03.2012

Berne. La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga, cheffe du Département fédéral de justice et police (DFJP), a reçu vendredi la ministre autrichienne de l’Intérieur, Johanna Mikl-Leitner. La discussion a porté sur la coopération policière entre les deux pays et sur des mesures de lutte contre le dumping social et salarial dans le contexte de la libre circulation des personnes. La rencontre a aussi permis un échange d’expériences actuelles dans le domaine de l’asile.

L’Autriche et la Suisse font face à des problèmes similaires concernant l’asile et les migrations illégales. Les pays de provenance et les itinéraires des migrants sont cependant différents. Les deux ministres ont parlé de la situation actuelle, dans leurs pays respectifs, en matière d’asile. Elles ont aussi discuté des mesures prévues pour accélérer les procédures d’asile et des questions liées à l’hébergement des requérants d’asile dans des infrastructures de l’armée. En Autriche, les autorités chargées des migrations et la cour qui connaît des recours en matière d’asile entretiennent, tout en respectant clairement la séparation des pouvoirs, des échanges réguliers, dans le but de maintenir les procédures aussi brèves que possibles..

Les deux femmes se sont par ailleurs exprimées positivement sur la révision en cours de l’accord de police trilatéral entre la Suisse, le Liechtenstein et l’Autriche, visant à améliorer la lutte contre la criminalité transfrontalière. Le traité révisé devrait être signé en juin 2012, à Vaduz, à l’occasion de la rencontre des ministres de l’intérieur des quatre pays de langue allemande. Mme Sommaruga et Mme Mikl-Leitner ont également abordé le thème de la lutte contre la criminalité dans les domaines du trafic de stupéfiants, de la cybercriminalité, de la traite des être humains et du trafic de migrants.

La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga s’est aussi intéressée aux mesures prises en Autriche dans le cadre de la libre circulation des personnes pour lutter contre le dumping social et salarial. Les principaux points abordés ont été la responsabilité solidaire des entreprises et l’obligation pour les prestataires de services étrangers de déclarer préalablement les salaires.