Violence des jeunes

Ampleur, causes et mesures envisageables

De quoi s’agit-il ?

Entre 2000 et 2010, plusieurs actes de violence graves commis par des mineurs ont éveillé la crainte, dans la population, d’une montée de la violence chez les jeunes. Les statistiques ne permettaient pas de tirer des conclusions exactes quant à l’ampleur de ce phénomène, car elles ne révélaient pas le "chiffre noir" de la criminalité juvénile. Mais elles laissaient entrevoir une augmentation notable de la propension des jeunes à la violence. Afin de lutter efficacement contre la violence des jeunes, le Département fédéral de justice et police (DFJP) a élaboré une liste de mesures concrètes destinées à être mises en œuvre par la police, les autorités de poursuite pénales, les autorités d’exécution des peines et mesures et les autorités compétentes en matière de migration. Il a rendu en avril 2008 un rapport intitulé "Violence des jeunes", qui est venu en compléter un autre réalisé par le Département fédéral de l’intérieur, intitulé "Les jeunes et la violence. Pour une prévention efficace dans la famille, l’école, l’espace social et les médias", et que le Conseil fédéral a adopté le 20 mai 2009.

Se fondant sur ce rapport du Conseil fédéral, la Confédération, les cantons, les villes et les communes ont lancé conjointement en avril 2011 le programme de prévention "Jeunes et violence". Ce programme a duré jusqu’en 2015. Il avait pour but d’améliorer les mesures de lutte contre les comportements violents chez les jeunes. Il favorisait à cet effet la mise en réseau, la coopération, l’échange de connaissances, l’accompagnement scientifique des projets de prévention en cours et la réalisation de projets pilote. Le programme faisait partie de la stratégie globale de la Confédération en matière de politique de l’enfance et de la jeunesse. Le Conseil fédéral a adopté en mai 2015 son rapport "Jeunes et violence – Etat de la prévention et liens avec l’intervention et la répression".

Au terme du programme, la Confédération s’est comme prévu retirée de son rôle de soutien, la prévention de la violence incombant aux cantons, aux villes et aux communes.

Selon la statistique des jugements pénaux des mineurs, réalisée par l’Office fédéral de la statistique, le nombre de jugements pour infractions impliquant des violences (notamment homicides, lésions corporelles, brigandage et menaces) est dans l’ensemble en recul depuis 2010.

Les étapes préalables

  • Le 3 juillet 2001, le Conseil fédéral prend acte du rapport final du groupe de travail Criminalité des étrangers (AGAK) (communiqué aux médias).
  • Le DFJP a envoyé en consultation auprès des milieux intéressés un rapport sur la violence des jeunes le 29 juin 2007 (communiqué aux médias).
  • Le 11 avril 2008, le DFJP publie la version finalisée de son rapport. Il est résolu à mettre en œuvre dans les délais prévus les mesures énumérées dans la partie III et à prendre dorénavant toutes les mesures qui lui semblent appropriées et praticables pour lutter contre la violence chez les jeunes.
  • Le 25 mai 2009, le Conseil fédéral adopte le rapport "Les jeunes et la violence - pour une prévention efficace dans la famille, l'école, l'espace social et les médias" (communiqué aux médias).
  • En juillet 2009, pour la première fois, un aperçu général du phénomène des jeunes multirécidivistes a été réalisé en Suisse (communiqué aux médias).
  • Le 24 février 2010, le Conseil fédéral adopte le rapport "Agissements en bande. Campagne de sensibilisation et adaptation du droit pénal", réalisé en exécution du postulat Chevrier 05.3443 (communiqué aux médias).
  • Le 5 avril 2011, la Confédération, les cantons, les villes et les communes lancent leur programme commun de prévention "Jeunes et violence" (communiqué aux médias).
  • En mai 2013, un premier bilan positif est tiré à propos du "Programme national Jeunes et violence" (communiqué aux médias).
  • En avril 2014, l’Office fédéral des assurances sociales publie le rapport "Modèles de coopération en matière de prévention, d’intervention et de répression" (communiqué aux médias).
  • En mai 2015, le Conseil fédéral adopte le rapport "Jeunes et violence – Etat de la prévention et liens avec l’intervention et la répression" (communiqué aux médias).

Infos complémentaires

vers le haut Dernière modification 13.05.2015

Contact

Christine Hauri Office fédéral de la justice
T
+41 58 465 15 17
Contact