Mesures de coercition à des fins d’assistance : Simonetta Sommaruga exprime sa gratitude à la Table ronde

Communiqués, OFJ, 18.06.2018

La Table ronde mise en place dans le but de faire la lumière sur les mesures de coercition à des fins d’assistance et les placements extrafamiliaux antérieurs à 1981 a rempli sa mission et a tenu sa dernière séance en février passé. Lors d’une cérémonie qui a eu lieu jeudi à Berne, la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga a remercié tous les participants pour leur précieux travail. Il en aura coûté aux victimes, mais l’effort en valait la peine : des résultats remarquables ont pu être atteints rapidement, après un silence qui aura duré trop longtemps.

La conseillère fédérale Simonetta Sommaruga a rappelé les différentes étapes qui ont suivi la première séance de la Table ronde, il y a cinq ans : création du fonds d’aide immédiate, aboutissement de l’initiative populaire, proposition de nouvelle loi, adoption de la loi fédérale en un temps record, travail d’analyse historique, versement de contributions de solidarité. Chose essentielle à ses yeux, les autorités ont pour la première fois, autour de la Table ronde, non pas parlé des personnes concernées, mais parlé avec elles.

La Table ronde, qui a été instituée en juin 2013 par la conseillère fédérale Simonetta Sommaruga, était chargée d'ouvrir la voie à un examen de tous les aspects de la thématique des mesures de coercition à des fins d’assistance. Elle a commencé par soutenir la mise en place des points de contact dans les cantons et à émettre des recommandations sur la conservation des dossiers et la possibilité d’y accéder. Puis elle a créé un fonds d’aide immédiate pour les cas de rigueur. Elle a ensuite accompagné les processus de décision politique et la mise en œuvre de la loi fédérale sur les mesures de coercition à des fins d’assistance et les placements extrafamiliaux antérieurs à 1981. La Table ronde s’est réunie pour la dernière fois le 8 février 2018.

Ne pas oublier et tirer les leçons du passé

Lors de la cérémonie qui a eu lieu jeudi soir à Berne, Simonetta Sommaruga a remercié tous les participants de la Table ronde pour leur précieux travail. Elle a souligné que l’engagement de chacun d’entre eux a contribué à lever le voile sur cette triste période et a permis toutes ces avancées. Le chapitre n’est pas clos pour autant. Pas pour elle, pas pour la société et encore moins pour les personnes concernées. Parce que le passé est toujours présent et que personne ne peut effacer ce qui est arrivé. Pour Simonetta Sommaruga, le message de la Table ronde est clair : "Nous ne voulons pas oublier, et nous voulons tirer des leçons de cette page sombre de notre histoire."

Le rôle joué par la conseillère fédérale a également été loué : sa volonté de faire toute la lumière sur le passé et de rendre visibles les souffrances endurées a fait beaucoup de bien aux personnes concernées, a relevé Luzius Mader, délégué aux victimes. Les représentants des victimes étaient présents à la cérémonie, tout comme Hansruedi Stadler, ancien délégué et ancien conseiller aux États, Guido Fluri, l’auteur de l’initiative sur la réparation, et Peter Gomm, ancien conseiller d’État et ex-président de la Conférence des directrices et directeurs cantonaux des affaires sociales.

Traitement des demandes et versements des contributions

L’Office fédéral de la justice traite actuellement les demandes de contribution de solidarité : 9018 demandes ont été déposées et environ 1400 dossiers ont été traités à ce jour. Dans 1100 cas, la contribution de solidarité de 25 000 francs a déjà été versée. Les dernières contributions devraient parvenir aux victimes d’ici à fin 2020.

vers le haut Dernière modification 18.06.2018

Contact

Office fédéral de la justice
T
+41 58 462 42 84
Contact