Deux membres présumés de la 'Ndrangheta extradés vers l'Italie

La Suisse a extradé aujourd'hui deux membres présumés de la cellule de la 'Ndrangheta de Frauenfeld vers l'Italie. Dix autres membres de cette cellule ont été replacés en détention en vue de l'extradition vendredi dernier. Cette arrestation s'explique par le risque accru que ces personnes prennent la fuite depuis que le Tribunal pénal fédéral a confirmé leur extradition vers l'Italie.

membres présumés de la cellule de la 'Ndrangheta de Frauenfeld avaient interjetés contre les décisions d'extradition de l'OFJ. Deux d'entre eux ont renoncé à faire recours auprès du Tribunal fédéral et ont pu être remis aujourd'hui aux autorités italiennes à Chiasso. Les dix autres ont annoncé vouloir recourir auprès du Tribunal fédéral contre les arrêts du Tribunal pénal fédéral.

Le 8 mars 2016, sur ordre de l'OFJ, les polices cantonales thurgovienne et zurichoise avaient arrêté treize ressortissants italiens et les avaient placés en détention en vue de l'extradition. Les autorités italiennes les soupçonnent d'être membres d'une organisation criminelle. Comme la plupart de ces personnes résident en Suisse depuis des années et qu'elles savaient déjà avant leur arrestation qu’elles faisaient l’objet d’une enquête de l’Etat italien, l'OFJ avait considéré que le risque de fuite ou de collusion (destruction de preuves, tentatives d'influencer des co-prévenus ou des témoins) était minime. Il les avait donc fait remettre en liberté le mois même de leur arrestation sous conditions (caution, obligation de remettre les documents d'identité et de se présenter à la police).

Entre les mois d'août et de décembre 2016, l'OFJ a approuvé l'extradition des treize personnes vers l'Italie. Toutes ont fait recours auprès du Tribunal pénal fédéral contre ces décisions. Dans son arrêt du 25 janvier 2017, le Tribunal pénal fédéral a décidé de ne pas entrer en matière sur le recours d'une de ces personnes, qui n'a pas fourni de motifs dans les délais fixés par la loi. Celle-ci ayant renoncé à recourir contre cet arrêt devant le Tribunal fédéral, elle a pu être extradée vers l'Italie le 10 février 2017.

Dernière modification 03.08.2017

Début de la page

Contact

Office fédéral de la justice
Bundesrain 20
CH-3003 Berne
T +41 58 462 48 48

Imprimer contact

https://www.bj.admin.ch/content/bj/fr/home/aktuell/news/2017/2017-08-03.html